CapAffiliation

Lettre ouverte et très émouvante d’une maman ayant une fille trisomique

CapAffiliation

Intro

Avoir un enfant qui possède un chromosome de plus n’est pas la fin du monde. Certains parents les rejettent ne savant pas quoi faire et n’acceptent pas le fait que c’est leur enfant.

ARB
Pour d’autres, surtout les mamans, elles culpabilisent et se mettent eu causes. Pour elles, c’est leurs fautes si leur enfant possède un chromosome de plus et est atteint de trisomie 21. On vous présente une lettre émouvante d’une maman ayant une fille trisomique. Un grand témoignage et très touchant.

une lettre de la maman de Louise, une leçon de la vie

Une maman courageuse a voulu intervenir par une lettre ouverte. Une maman qui témoigne que sa fille Louise, atteinte de trisomie 21 est un trésor et donne une leçon de morale aux gens sans cœurs qui ne savent pas se comporter en face de ces enfants.

ARB
La lettre débute comme suit : « Elle, c'est ma fille. Louise. Qui a quatre mois, deux bras deux jambes, des bonnes grosses joues et un chromosome en plus.

S'il vous plaît quand vous rencontrez une Louise, ne demandez pas à sa mère "Ca n'a pas été dépisté pendant la grossesse?" Soit ça l'a été et la décision de "garder l'enfant" est assumée, soit ça ne l'a pas été et la surprise a été assez importante pour ne pas revenir dessus.

En plus, toute mère à une fâcheuse tendance à culpabiliser sur tout et n'importe quoi, alors un chromosome en plus passé inaperçu, je ne vous explique pas.

Ne dites pas à sa mère "C'est votre bébé malgré tout". Non. C'est mon bébé, point. Et "malgré tout", c'est moche comme prénom, je préfère largement Louise.

Ne dites pas à sa mère "comme c'est une petite trisomique... etc." Non. C'est une petite âgée de quatre mois qui est atteinte de trisomie, ou qui a une trisomie, comme vous voulez.

Ce 47e chromosome n'est pas ce qu'elle EST, c'est ce qu'elle A. Vous ne diriez pas "Comme c'est une petite cancéreuse... etc.".

Suite et fin de la lettre

Ne dites pas "ils sont comme ci, ils sont comme ça"! Non. "Ils" ont tous leur caractère, leur physique, leurs goûts, leur parcours. "Ils" sont aussi différents entre eux que vous l'êtes de votre voisin.

ARB
Je sais que quand on ne le vit pas, on ne le pense pas, mais les mots importent. Ils peuvent réconforter ou blesser.

Alors, pensez-y juste une petite seconde, surtout si vous faites partie du corps médical et portez une blouse blanche, rose ou verte.

Je n'ouvre d'habitude pas mes statuts à tous, mais pour celui-ci ce sera le cas. Vous pouvez faire tourner et le partager si vous le souhaitez.

Car des "mamans de Louise", il y en a 500 nouvelles par an qui se font gâcher une journée par des mots malheureux.

Inscrivez-vous

pour recevoir les derniers post de BeepPost

CapAffiliation

Ajouter un commentaire